Tourisme et saké dans le Kyushu (2/3) : Oita

IMG_0164

Le deuxième article de cette série nous amène dans la préfecture d’Oita, au nord-est du Kyushu.

Grâce à notre chauffeur qui a bien compris mon intérêt pour tout ce qui touche au saké japonais, notre journée commence par un petit détour pour admirer de magnifiques champs de riz. En septembre, ils se parent d’une splendide couleur verte, à l’image de notre journée qui va se focaliser en partie sur le tourisme vert (nous serons accueillis le soir chez un agriculteur local)!

Puis nous reprenons la route en direction du Fuki-ji, temple bouddhiste datant du 12ème siècle et dont le pavillon du bouddha Amida, représentatif de l’ancienne architecture en bois du Kyushu, a été élevé au rang de trésor national.

Mais pas question de se rendre dans ce pavillon ancestral sans une initiation à la méditation pour préparer la visite. Le prêtre qui nous accueille, après quelques explications, entame donc ce court moment de répit, avant la longue journée qui nous attend.

 

 

 

 

Au Japon, bouddhisme et shinto sont très liés. Le temple bouddhiste que nous quittons a d’ailleurs été fondé par le supérieur du sanctuaire d’Usa dans le but de protéger ce dernier.

 

C’est donc tout naturellement que notre parcours se poursuit par la visite de ce célèbre sanctuaire considéré comme le principal des 40.000 sanctuaires dédiés à la divinité Hachiman. Le hall principal date du 8ème siècle et son style architectural représentatif du Hachiman-zukuri a été lui aussi érigé au rang de Trésor National du Japon.

 

Les torii sont très nombreux à travers le Japon et ils sont toujours le signe d’un espace consacré dont ils marquent l’entrée. Le shinto est une religion de la nature et ses lieux, parfois un simple rocher ou un arbre tout comme les pavillons en bois des grands sanctuaires, en sont entourés. Ici, impossible de rater cette porte du sanctuaire Usa tant ses dimensions sont impressionnantes.

Mais avant d’arriver au bâtiment principal, en haut de la montagne, nous nous promenons dans une forêt tranquille et majestueuse.

Le saké est une des toutes premières offrandes qui sont offertes aux kami-sama, divinité animistes du shinto. C’est la raison pour laquelle nous trouvons sur notre route (comme vous avez probablement pu déjà en voir à l’entrée des sanctuaires au Japon) des tonneaux de saké (taru en japonais) et ici même des bouteilles venant des différents producteurs de la région.

 

 

Enfin nous arrivons au pavillon principal du sanctuaire après être passé par un dernier portail magnifique.

 

 

 

 

La préfecture d’Oita est connue, entre autres, pour ses célèbres onsen, sources d’eau chaude naturelles, notamment à Beppu. Mais, comme nous dormons dans un autre onsen le lendemain soir (et chez un fermier ce soir), c’est pour découvrir une autre utilisation de ces sources que les bains thermaux que nous nous arrêtons pour un … goûter (? … il est 15h45).

 

 

La géothermie peut en effet être utilisée directement comme mode de cuisson et ce sont ici les vapeurs des sources d’eau chaude qui alimentent les fours en cuisson vapeur. Invités à passer à la pratique pour une photo souvenir, nous avons pu ensuite déguster non seulement une pizza mais aussi des légumes, des œufs et du poisson, tous cuits grâce à cette technique originale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette “petite” dégustation terminée, nous reprenons la route pour notre hébergement chez l’habitant dans le cadre du développement du tourisme vert dans la région. Nos hôtes ont produits eux-même la plupart des ingrédients utilisés pour le diner qui se révèle être un véritable festin représentatif d’une cuisine familiale simple et accueillante.

 

 

De plus, ils ont invité un producteur de saké local à se joindre à nous pour une soirée très conviviale qui clôture merveilleusement bien notre périple (trop court) dans la préfecture d’Oita. La maison Fujii shuzo produit son saké sous la marque Ryubai (ryu = le dragon, bai= la prune japonaise Ume) dans la ville proche d’Usuki.

 

 

Le lendemain matin, après un petit déjeuner composé une nouvelle fois de produit locaux, nous quittons nos hôtes pour nous rendre vers l’ouest, dans la préfecture de Kumamoto. Sans oublier, bien entendu, la photo souvenir sur le palier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques liens : ==============================================================

L’agence de H.I.S. à Paris « Votre Japon »

Enma Jigoku à Beppu (en Japonais)

Fujii Shuzo à Usuki (en Japonais)

============================================================================

 

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.