Dégustation de Namazake au Pavillon Ledoyen : un avant-goût du Japon

IMG_2044

En complément de ma série d’article sur le Kyushu, je vous fais part d’un événement qui a suivi mon voyage et celui, quelques semaines après, des chefs Eric Briffard et Yu Sugimoto accompagnées du célèbre producteur de Chablis François Servin et du journaliste gastronomique Jean Louis Galesne.

 

Cette dégustation, préparée par l’équipe du chef Yannick Alleno, s’est tenu au Pavillon Ledoyen le vendredi 30 octobre 2015. L’idée était de faire déguster des sakés que l’on a rarement l’occasion de boire en France : des sakés non pasteurisés (« Namazake » nama = cru, zake = saké), afin de donner envie aux participants d’aller au Japon pour goûter visiter les lieux de production de ces sakés qui sont très difficiles à transporter.

 

Après la projection d’un petit film relatant le voyage de ces personnalités, nous avons pu déguster un dizaine de mets magnifiques accompagnés de leurs sakés crus sélectionnés par Takase sensei, grand promoteur et défenseur de ce type de sakés non pasteurisés.

Vous pouvez consulter la vidéo ici : Maison de saké Hatsu Momiji

 

1 Gelée de bulot au saké, concombre et basbeurre

 

FUKUNISHIKI> Junmai Namazake

Maison de saké:Kukunishiki-Shuzo (Fondée en 1839)

Kasai, Préfecture de Hyogo

Ce saké est conçu à partir d’eau douce puisée par des puits, et d’un riz local cultivé dans le climat naturel et fertile de la région de Banshu Heiya, et sélectionnés parmi les 30 meilleurs riz du pays. Les paysages magnifiques de cette région sont situés au bord du fleuve Zenbou, dans le nord ouest de la préfecture de Hyogo.

 

 

 

 

2 Gambas « carabineros » poudrée de chorizo Ibérique

TOYOAKE HOUMEI> Junmai Namazake

Maison de saké :Ishii-Shuzo( Fondée en 1840)

Satte, Préfecture de Saitama

Le riz cultivé dans cette région, le riz « Shirome », était reconnu pendant l’ère Edo, comme étant le meilleur du Japon. La renommée de ce riz à la cour du Shogunat a contribué au retour en grâce de ce saké spécial.

 

 

 

 

 

 

3 Jeune comté, chutney de coing et sésame grillé

 

SAISAI> Junmai Namazake

Maison de saké:Zuiyo(Fondée en 1867)

Kumamoto, Préfecture de Kumamoto

Un saké fabriqué 100% à partir du riz « Gin no Sato », cultivé sans pesticides à l’aide de techniques de culture biologique dans la ville de Kawajiri, au sud de la ville de Kumamoto, et surnommé « la ville de l’eau et de la tradition ».

 

 

 

 

 

 

4 Roll’s vitello tonato

 

YATAGARASU> Junmai Muroka Genshu Namazake

Maison de saké:Kitaoka Honten(Fondée en 1868)

Yoshino, Préfecture de Nara

La Maison de saké Kitaoka est située dans la moitié sud de la préfecture de Nara, au bord du fleuve Yoshino et à l’entrée du Parc National du même nom. L’eau qui compose ce saké est puisée dans la forêt de Oku-Yoshino, et est le fruit d’une tradition ancienne, perpétrée jusqu’à aujourd’hui.

 

 

 

 

 

 

5 Tranche de betterave séchée, langoustine juste marinée

 

CHIKUHA> Junmai Namazake

Maison de saké:Kazuma-Shuzo(Fondée en 1869)

Noto, Préfecture de Ishikawa

L’eau de ce saké utilisée au cours de l’ère Edo pour produire d’autres produits fermentés tels que la sauce soja et le miso (pâte de soja fermentée) fut considérée comme étant l’eau idéale pour la production de saké. C’est de ce constat que débuta la production de ce saké artisanal si spécial, produit à partir d’un riz local.

 

 

 

 

6 Tartare de bar « café de Paris »

 

CHIYONOSONO> Daiginjo « exceller »

Maison de saké:Chiyonosono-Shuzo(Fondée en 1896)

Yamaga, Préfecture de Kumamoto

Un saké délicieux, produit à partir du riz “Higo“, issu de l’agriculture biologique et réputé pour être de toute première qualité, ainsi que de l’eau de source naturelle « Ikeyama Suigen », l’une des 100 meilleures eaux du Japon.

 

 

 

 

 

7 Tartare de bœuf en fine gelée de Yuzu

 

TANI> Junmai ginjo Muroka Genshu Namazake

Maison de saké:Wakatakeya-Shuzoujyo (Fondée en 1699)

Kurume, Préfecture de Fukuoka

Le village Tanushimaru est situé est dans la moitié sud de la préfecture de

Fukuoka. Au nord de cette ville s’écoule la rivière Tikugo, et au Sud se trouve la chaîne de montagne Mino. C’est une ville célèbre pour son arboriculture fruitière et son eau de source pure, qui a permis de créer ce délicieux saké.

 

 

 

8 Huitre végétale à la gelée de thé vert Sakura

 

ASAHI TZURU> Junmai Muroka Genshu Namazake

Maison de saké:Asahizuru(Fondée en 1830)

Sakura, Préfecture de Chiba

L’eau douce naturelle et souterraine utilisée pour la conception de ce saké

s’écoule du temple Yasaka, à proximité du lieu de fabrication.

Il est à noter que ce saké provient d’un riz poli jusqu’à ce qu’il ne reste plus que 60% du grain, ce qui est une proportion très élevée pour un saké  de type Junmai.

 

 

9 Noix de coquilles Saint-Jacques et butternut, graines de courge torréfiées

 

KIKU NO TSUKASA> Junmai Genshu Namazake

Maison de saké:Kikunotukasa-Shuzo(Fondée en 1772)

Morioka, Préfecture d’Iwate

Ce saké est conçu à partir d’un procédé d’extraction d’eau de nappes phréatiques. L’eau puisée est issue du fleuve « Nakatsu » qui s’écoule au centre de la ville Morioka.

 

 

 

 

10 Croque jardinier

 

MABOROSHI NO TAKI> Junmai Jukusei Namazake

Maison de saké:Mikunihare-Shuzo(Fondé en 1887)

Kurobe, Préfecture de Toyama

L’eau utilisée pour la conception de ce saké est issue de nappes phréatiques qui se sont constituées à partir de la fonte des neiges de l’archipel de Tateyama. Il s’agit d’une des 100 meilleures eaux du Japon.

 

 

 

Je reprends ici tous les liens de ma série d’article sur le Kyushu… Bon voyage!

Quelques liens : ==============================================================

L’agence de H.I.S. à Paris « Votre Japon »

Maison de saké ZUIYO à Kawashiri, Kumamoto (en Japonais)

Onsen HOZANTEI à Kurokawa Onsen, Kumamoto (en Anglais)

Enma Jigoku à Beppu (en Japonais)

Fujii Shuzo à Usuki (en Japonais)

Guide de Fukuoka (en anglais)

Fukuoka Asian Art Museum (en Anglais)

Ishikura Shuzo (en Japonais)

============================================================================

Tourisme et saké dans le Kyushu (3/3) : Kumamoto

IMG_0851

Dernier article de cette série sur le développement du sakéo-tourisme dans le Kyushu.

 

 

 

 

C’est par un atelier de wagashi (patisserie japonaise traditionnelle) que commence notre journée. Les images parlent d’elles-même :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis nous continuons notre visite par une maison de saké fondée en 1867 et qui a été pionnière dans cette préfecture en commençant à produire du saké dès le début de l’ère Meiji. (Auparavant, seul des sakés produits à l’extérieur de la préfecture étaient importés pour y être consommés).

 

L’origine du nom du saké produit par cette maison est une très belle histoire… En effet, le fondateur YOSHIMURA Tahachi, le matin du nouvel an 1869, alors que la production battait son plein, a ouvert la porte du kura pour y laisser rentrer la lumière du jour et c’est ainsi qu’il a aperçu un faucon se dirigeant vers lui. Ce signe de bonne augure, lui a donné l’idée de nommer son saké ZUIYO, c’est-à-dire, le faucon du nouvel an, marque sous laquelle le saké est encore produit de nos jours.

Je reviendrai de manière plus détaillée sur les sakés du Kyushu dans un article dédiés mais mais il est important de savoir que la préfecture de Kumamoto a joué un rôle très important dans l’histoire du saké moderne avec notamment le développement de la levure N°9 (à laquelle on se réfère aussi sous le nom de Kumamoto kobo) et de différentes techniques telles que le pressurage à travers des sacs suspendus.

 

 

 

 

 

 

 

Dans mon précédent article, je précisais que le Kyushu était célèbre pour ses onsen, sources naturelles d’eau chaude d’origine volcanique. C’est dans le célèbre lieu dit de Kurokawa onsen que j’ai eu la chance d’être hébergé pour la soirée, dans un onsen véritablement extraordinaire qui porte le nom de Hozantei.

Dans un tel lieu, la qualité de l’hébergement, de l’accueil mais aussi des repas atteint des sommets, surtout lorsqu’on y trouve aussi bains chauds communs pour certains mais aussi parfois privés.

Le cadre magnifique varie en fonction des saisons mais j’avoue que l’automne et l’hiver sont mes deux saisons préférées pour apprécier les mets délicats et les bains chauds.

Je ne résiste pas au plaisir de vous montrer l’intérieur du petit cottage où j’ai dormi ainsi que son rotenburo (bain chaud extérieur) privatif.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans ce genre d’établissement, la qualité du repas est fondamentale. Ici, la présentation des mets étaient particulièrement impressionnante… Je vous en livre quelques images.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Impossible de ne pas essayer tous les différents bains. Les bains communs sont séparés hommes/femmes et leur usage s’inverse pendant la nuit, ce qui permet de découvrir le matin celui que l’on n’a pas pu visiter la veille. Là encore, quelques images que ne rendent que faiblement l’atmosphère et la tranquillité qui s’empare de vous lorsque vous vous y baignez.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le petit déjeuner était lui aussi pantagruélique :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques liens : ==============================================================

L’agence de H.I.S. à Paris « Votre Japon »

Maison de saké ZUIYO à Kawashiri, Kumamoto (en Japonais)

Onsen HOZANTEI à Kurokawa Onsen, Kumamoto (en Anglais)

============================================================================

Tourisme et saké dans le Kyushu (2/3) : Oita

IMG_0164

Le deuxième article de cette série nous amène dans la préfecture d’Oita, au nord-est du Kyushu.

Grâce à notre chauffeur qui a bien compris mon intérêt pour tout ce qui touche au saké japonais, notre journée commence par un petit détour pour admirer de magnifiques champs de riz. En septembre, ils se parent d’une splendide couleur verte, à l’image de notre journée qui va se focaliser en partie sur le tourisme vert (nous serons accueillis le soir chez un agriculteur local)!

Puis nous reprenons la route en direction du Fuki-ji, temple bouddhiste datant du 12ème siècle et dont le pavillon du bouddha Amida, représentatif de l’ancienne architecture en bois du Kyushu, a été élevé au rang de trésor national.

Mais pas question de se rendre dans ce pavillon ancestral sans une initiation à la méditation pour préparer la visite. Le prêtre qui nous accueille, après quelques explications, entame donc ce court moment de répit, avant la longue journée qui nous attend.

 

 

 

 

Au Japon, bouddhisme et shinto sont très liés. Le temple bouddhiste que nous quittons a d’ailleurs été fondé par le supérieur du sanctuaire d’Usa dans le but de protéger ce dernier.

 

C’est donc tout naturellement que notre parcours se poursuit par la visite de ce célèbre sanctuaire considéré comme le principal des 40.000 sanctuaires dédiés à la divinité Hachiman. Le hall principal date du 8ème siècle et son style architectural représentatif du Hachiman-zukuri a été lui aussi érigé au rang de Trésor National du Japon.

 

Les torii sont très nombreux à travers le Japon et ils sont toujours le signe d’un espace consacré dont ils marquent l’entrée. Le shinto est une religion de la nature et ses lieux, parfois un simple rocher ou un arbre tout comme les pavillons en bois des grands sanctuaires, en sont entourés. Ici, impossible de rater cette porte du sanctuaire Usa tant ses dimensions sont impressionnantes.

Mais avant d’arriver au bâtiment principal, en haut de la montagne, nous nous promenons dans une forêt tranquille et majestueuse.

Le saké est une des toutes premières offrandes qui sont offertes aux kami-sama, divinité animistes du shinto. C’est la raison pour laquelle nous trouvons sur notre route (comme vous avez probablement pu déjà en voir à l’entrée des sanctuaires au Japon) des tonneaux de saké (taru en japonais) et ici même des bouteilles venant des différents producteurs de la région.

 

 

Enfin nous arrivons au pavillon principal du sanctuaire après être passé par un dernier portail magnifique.

 

 

 

 

La préfecture d’Oita est connue, entre autres, pour ses célèbres onsen, sources d’eau chaude naturelles, notamment à Beppu. Mais, comme nous dormons dans un autre onsen le lendemain soir (et chez un fermier ce soir), c’est pour découvrir une autre utilisation de ces sources que les bains thermaux que nous nous arrêtons pour un … goûter (? … il est 15h45).

 

 

La géothermie peut en effet être utilisée directement comme mode de cuisson et ce sont ici les vapeurs des sources d’eau chaude qui alimentent les fours en cuisson vapeur. Invités à passer à la pratique pour une photo souvenir, nous avons pu ensuite déguster non seulement une pizza mais aussi des légumes, des œufs et du poisson, tous cuits grâce à cette technique originale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette “petite” dégustation terminée, nous reprenons la route pour notre hébergement chez l’habitant dans le cadre du développement du tourisme vert dans la région. Nos hôtes ont produits eux-même la plupart des ingrédients utilisés pour le diner qui se révèle être un véritable festin représentatif d’une cuisine familiale simple et accueillante.

 

 

De plus, ils ont invité un producteur de saké local à se joindre à nous pour une soirée très conviviale qui clôture merveilleusement bien notre périple (trop court) dans la préfecture d’Oita. La maison Fujii shuzo produit son saké sous la marque Ryubai (ryu = le dragon, bai= la prune japonaise Ume) dans la ville proche d’Usuki.

 

 

Le lendemain matin, après un petit déjeuner composé une nouvelle fois de produit locaux, nous quittons nos hôtes pour nous rendre vers l’ouest, dans la préfecture de Kumamoto. Sans oublier, bien entendu, la photo souvenir sur le palier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques liens : ==============================================================

L’agence de H.I.S. à Paris « Votre Japon »

Enma Jigoku à Beppu (en Japonais)

Fujii Shuzo à Usuki (en Japonais)

============================================================================

 

Tourisme et saké dans le Kyushu : Fukuoka

IMG_1185

Vous avez pu le constater lors du dernier Salon du Saké, le sakéo-tourisme est en vogue. Cette tendance se développe au Japon, d’abord grâce à un regain d’intérêt des japonais eux-mêmes pour leur boisson nationale, mais aussi à la manière de l’oenotourisme, avec la volonté du gouvernement japonais d’augmenter le tourisme dans leur pays.

C’est dans ce cadre que j’ai été invité en septembre dernier par 3 préfectures de la région du Kyushu qui est la plus méridionale des 4 îles principales du Japon :
Fukuoka, Kumamoto et Oita.
Ces dernières ont donné pour mission à un des principaux réseaux d’agences de voyage nippon (H.I.S.) de mettre en place des circuits valorisant leur patrimoine culturel et touristique en liant tourisme vert, gastronomie et découverte des sakés locaux.

En contre-partie de cette invitation, il m’a été demandé de partager cette découverte sur mon blog, ce que je fais bien entendu avec grand plaisir en commençant par Fukuoka (je parlerai des 2 autres préfectures dans les prochains billets). Retour donc sur la visite d’une région que j’affectionne depuis longtemps mais qui n’est, à mon goût, pas encore suffisamment connue du public français.

Tout au Nord de l’ile de Kyushu se trouve la préfecture de Fukuoka reliée à l’île principale de Honshu par un pont aux dimensions impressionnantes où passent voitures et Shinkansen, le train à grande vitesse japonais. Le chef-lieu de cette préfecture est la ville de Fukuoka à laquelle les locaux font encore très souvent référence sous le nom de Hakata, suite à la fusion de ces deux villes à la fin du 19ème siècle.

Notre visite a commencé par un tour de la ville en bus à l’impériale avec toit ouvert d’un rouge flambant neuf qui fait la fierté de la municipalité. Le rythme soutenu des visites officielles, notamment en visite d’étude, ne m’a pas permis de faire la totalité du parcours et de monter et descendre du bus comme il est normalement possible. Mais nous nous sommes néanmoins arrêtés au sanctuaire Kushida, célèbre pour le Festival d’été Hakata Gion Yamakasa dont il héberge la flotte de chars.  J’ai pu apprécier le calme de cette grande ville et les bâtiments modernes comme la Gare JR HAKATA.

 

Beaucoup de personnes, y compris les japonais des autres régions connaissent les Hakata ramen mais en réalité, la véritable spécialité locale en terme de pâtes se trouve être les udon. Pour notre pause déjeuner, après une visite du Musée d’art asiatique,  c’est donc naturellement dans un des restaurants de udon les plus réputés que nous nous sommes rendus.

J’ai pu y rencontrer le patron, grand amateur de saké, qui m’a expliqué toutes les spécificités des udon de Hakata et pourquoi ces dernières, consommées en parallèle avec du riz, étaient plus tendres que celles de Kagawa par exemple (que vous avez pu déguster lors du Salon du Saké 2015). Vous le savez peut-être, les japonais se passionnent pour toutes les gastronomies, de la plus élaborée à ses formes les plus simples et populaires comme les différents types de pâtes (udon, ramen, somen, soba, etc…) et peuvent passer des heures à discuter des variances locales.

 

C’est d’ailleurs ce dernier qui nous a conseillé de visiter Ishikura Shuzo, maison  de saké appréciée par la population locale depuis plus de 100 ans. Hyakunengura (kura centenaire) est d’ailleurs la marque figurant sur certains de leurs meilleurs crus. Le bâtiment lui-même, magnifique, en plus d’accueillir la boutique où nous avons pu gouter une bonne partie de leur production, a été réaménagé pour des banquets et mariages!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il ne faut pas néanmoins oublier que la région du Kyushu produit certains des meilleurs thés du Japon. Notre journée de visite ne pouvait donc pas être complète sans une dégustation des meilleurs sencha, gyokuro et autres thés verts japonais, et particulièrement de ceux de Yame, célèbre terroir de thé se situant à une cinquantaine de kilomètres au sud de notre location.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre journée bien remplie s’approchant de sa fin, c’est naturellement dans un izakaya spécialisé dans les sakés de la région vers lequel nous nous sommes dirigés. Je reviendrai dans un autre billet sur les spécificités des sakés du Kyushu. Pour l’instant, je vous laisse avec quelques images… Kampai!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La vie nocturne n’est pas en reste à Fukuoka et c’est le long de la rivière Naka qui donne son nom au quartier de Nakasu que les locaux, comme les visiteurs de passage, aiment à se retrouver autour de nombreuses petites gargotes…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques liens : ==============================================================

L’agence de H.I.S. à Paris “Votre Japon”

Guide de Fukuoka (en anglais)

Fukuoka Asian Art Museum (en Anglais)

Ishikura Shuzo (en Japonais)

============================================================================

Les vidéos du Salon du Saké 2015 sont en ligne

IMG_2621

Bonjour,

je viens de mettre en ligne les vidéos du Salon du Saké 2015 :

 

Le saké japonais à la conquête du marché européen – Salon Du Saké 2015 from Sylvain Huet on Vimeo.

 

Le saké japonais à la conquête du marché européen
https://vimeo.com/153091986


Annonce des nouveautés à venir pour l’édition 2016
https://vimeo.com/153091987


A la découverte des grandes régions de saké du Japon
https://vimeo.com/153091988

Préfecture invitée d’honneur : Hiroshima
https://vimeo.com/153091989

Faut-il boire le saké japonais chaud ou froid ?
https://vimeo.com/153091990


Atelier-dégustation : Les Accords Impossibles
https://vimeo.com/153692626


Atelier-dégustation : Sakés et mets sucrés
https://vimeo.com/153692625

Compte-rendu du Salon du Saké 2015

IMG_2338

Le Salon du Saké vient de se terminer. Un très très gros merci à tous les participants, à toute l’équipe et aux très nombreux visiteurs.

Pour celles et ceux qui n’auraient pas pu venir, je vous met ci-après notre communiqué de presse.

Rendez-vous les 22-23 et 24 Octobre 2016 pour le prochain Salon du Saké !!

Compte-rendu du
2e Salon européen du Saké et des boissons japonaises

Dimanche 1er novembre 2015, 19h, le 2ème Salon européen du Saké et des boissons japonaises ferme ses portes du centre des congrès CAP 15, avec un bilan plus que positif, le taux de fréquentation ayant doublé en comparaison avec la première édition.

Plus de 2700 personnes ont participé à cet événement afin de découvrir ou redécouvrir les sakés japonais, les samedi 31 octobre et dimanche 1er novembre.
On note cette année une forte augmentation du nombre de visiteurs professionnels qui représente environ 60 % des personnes présentes. Parmi ces professionnels, beaucoup de restaurateurs, sommeliers et cavistes curieux d’apprendre pour certains ou d’approfondir pour d’autres leurs connaissances de cette boisson japonaise.
Mais aussi de nombreux étudiants internationaux, aussi bien en hôtellerie, restauration, qu’en œnologie ou management, ont également répondu présent afin d’élargir leur culture sur le sujet.
Et l’engouement du grand public pour cette deuxième édition (environ 40 % des visiteurs), confirme la tendance perçue dès le premier salon en 2013.

Plus de 300 références de sakés étaient proposés à la dégustation.
De nombreux producteurs de sakés de tout le Japon avaient fait le voyage afin de proposer leurs meilleurs crus.
Une des grandes nouveauté pour cette 2ème édition était la participation de préfectures japonaises, venues présenter leurs sakés et leurs différents attraits. Parmi elles, la préfecture de Hiroshima était l’invitée d’honneur cette édition 2015.
On pouvait aussi découvrir plus de 100 autres boissons tels que, whiskies, shochu, umeshu, yuzushu, vins, thés et autres boissons nippones.

L’organisateur du Salon, Sylvain Huet, premier français a avoir reçu le titre de « Saké Samouraï » et fondateur de « L’Académie du Saké », se réjouit que le grand public se passionne de plus en plus pour le saké. Et que les visiteurs, aux dires même des exposants, les visiteur s’avèrent de plus en plus avisés.

« Le pari de faire de cet événement le rendez-vous européen du saké, se montre payant. Puisqu’il permet à de nombreux petits producteurs, ainsi qu’aux grandes régions de sakés, de faire connaître leurs produits sur les marchés français et européen. Je pense qu’il est important de souligner cette année, l’implication des chefs, des sommeliers et des professionnels en général, qui ont su imposer sur leur carte ou dans leur cuisine, le saké japonais. Jusqu’à proposer pour certains, des créations mettant en valeur tout l’intérêt et la nouveauté qu’apportait cette boisson. D’ailleurs, parmi les nouveautés de cette édition, les « ateliers dégustation » proposant des accords sakés et mets français, ont connu un grand succès. » précise Sylvain Huet.

Sont intervenus au cours de ces ateliers de dégustation :
Armand Arnal – Chef du restaurant « La Chassagnette » Arles, Jonathan Blot – Chef pâtissier « Acide Macaron » Paris, Maurice Jean Carton – Chef pâtissier, Didier Chantefort – Chef « Le Cordon Bleu » Paris, Jean-Paul Hévin – MOF Chocolatier, Eri Hisada – Maître Fromager à Paris, Roman Jaën – Sommelier « The Peninsula Paris», Frédéric Jaunault – MOF Primeur, Kei Kobayashi – Chef du restaurant « Kei » Paris, Clément Leroy – Chef du restaurant « Étoile-sur-mer » Paris, Olivier Ménard – Chef pâtissier « Une Glace à Paris », Rita Pinna Sommelière « Idea Vino » Paris, Jean-Luc Poujauran – Boulanger à Paris, Emmanuel Ryon – MOF Glacier « Une Glace à Paris ».

Ont également été proposés, une vingtaine de « Master Class », « Conférences » et « Tables Rondes » explorant l’univers du saké, d’un point de vue scientifique, esthétique, culturel, ou historique. Sans oublier, la tenue du « 2e Sommet Européen du Saké » qui a réuni les représentants de neuf pays différents.

Fort du succès de cette nouvelle édition du Salon du Saké, Sylvain Huet et l’Académie du Saké, ont déjà annoncé, la 3e édition pour l’automne 2016.

Soirée éclectique autour du Saké au cinéma le Louxor mardi 9 juin 2015

Présentation du Saké japonais par Sylvain Huet, Saké Samurai, Académie du Saké, Salon du Saké

Présentation du Saké japonais par Sylvain Huet, Saké Samurai, Académie du Saké, Salon du SakéJ’animerai une session de présentation sur le Saké japonais dans le cadre d’une “Soirée éclectique autour du Saké” au cinéma Louxor le 9 juin 2015.

Au programme :

Une soirée éclectique en trois temps…
18 h 30 – Conférence
Des Mérites comparés du saké et du riz au cinéma d’Ozu :
goûts et couleurs dans la culture japonaise.
Autour de l’ouvrage Des mérites comparés du saké et du riz illustré par un rouleau japonais du XVIIe siècle
Diane de Selliers, éditeur en coédition avec la Bibliothèque nationale de France
par Claire-Akiko Brisset
Maître de conférences, Université Paris Diderot, Centre de recherche sur les Civilisations de l’Asie orientale
avec la participation de Jane Cobbi
Ethnologue, chercheur au CNRS, Fondation Maison des sciences de l’homme, Paris

 

19 h 15 – Dégustation et découverte de plusieurs sakés.
en présence de Sylvain Huet
Saké samurai, fondateur de « L’académie du saké »,
organisateur du « Salon du Saké 2015 » à Paris, auteur du blog Nihonshu
En partenariat avec Foodex et Takara.

 

20 heures – Projection du film Le Goût du saké de Yasujiro Ozu
Sur fond de soirées où l’on boit du saké, un père veuf prend conscience que sa fille est en âge de se marier et va bientôt le quitter.
Triste et beau à la fois, ce film, le dernier de la carrière du cinéaste, manifeste l’impermanence des choses.

 

Achat et réservation des places auprès du cinéma Le Louxor.
Cinéma Le Louxor – 170, boulevard de Magenta – 75010 Paris – Tél : 01 44 63 96 9801 44 63 96 98

—–> réservez directement via le site web du Louxor <—–

Séminaire et dégustation de Saké Japonais le 20 juin 2015 à La Maison de la Culture du Japon à Paris

seminaire-et-degustation-de-sake-MCJP-avec-Sylvain-Huet-sake-samurai-academie-du-sake

J’animerai un séminaire le Samedi 20 juin 2015 à 15h à la Maison de la Culture du Japon à Paris (MCJP).

Il sera suivie d’une dégustation en présence de 6 producteurs venus spécialement du Japon pour vous présenter leurs nectars!

Réservation directement auprès de la MCJP à partir du 7 mai pour les adhérents MCJP et du 15 mai pour les autres.

Ci-après le texte de présentation de la MCJP:

Le saké joue un rôle central dans la vie et la culture des Japonais depuis près de 2 000 ans. On trouve aujourd’hui au Japon près de 1 300 producteurs de tailles diverses qui proposent plus de 10 000 sakés différents. Pourtant, très peu sont actuellement distribués en France.
Après le sémi­naire de Sylvain Huet, fon­da­teur de l’Académie du Saké et pre­mier fran­çais nommé « Saké Samouraï », vous pour­rez savou­rer plu­sieurs varié­tés de saké. Cette mani­fes­ta­tion est une occa­sion pri­vi­lé­giée de décou­vrir la richesse des arômes et des goûts de cette bois­son alcoo­li­sée issue des eaux de source les plus pures et des meilleurs riz japo­nais.

 

 

Toutes les infos sur le site de la MCJP:

Maison de la Culture du Japon à Paris

Seconde (et dernière) session du Club du Saké au Grand Palais – Hokusai

Art et sakéologie HOKUSAI Grand Palais le 7 Janvier 2015

Art et Sakéologie – DERNIERES PLACES!!

Visitez la magnifique exposition Hokusai au Grand Palais et profitez d’un atelier saké sur place pour une session spéciale “Club du Saké!

Suite au grand succès de la première session du Club du Saké au Grand Palais samedi dernier, j’ai réussi à réserver le tout dernier créneau groupe du musée pour une seconde session spéciale “Club du Saké” le 7 janvier 2015 de 19h15 à 22h avec un tarif très avantageux à 40€ par personne (au lieu de 70€) comprenant:
- 1 h d’atelier/dégustation Art et Sakéologie que j’animerai (de 19h15 à 20h15)
- 1h30 de visite privilégiée avec un(e) conférencier(ère) spécialisé(e) (de 20h30 à 22h)

Attention, le nombre de places est limité à 25 personnes et sur réservation uniquement. Merci de me prévenir au plus vite si vous êtes intéressés pour réserver votre/vos place(s):
- par mail: sylvain.huet@laposte.net
- ou par téléphone/SMS Sylvain 06.24.80.67.68

Un cadeau original pour vous-même ou pour offrir! Je peux vous envoyer un visuel à imprimer si vous le souhaitez.

Passez de bonnes fêtes, au plaisir de se retrouver en 2015!
Sylvain

Ateliers Saké au Grand Palais à l’occasion de l’exposition Hokusai

hokusai
A l’occasion de l’exposition consacrée à Hokusai à partir de cet automne au Grand Palais, j’animerai pour la Réunion des Musées Nationaux, dans le cadre de l’Académie du Saké, une série d’ateliers ART ET SAKEOLOGIE en janvier 2015.

 

Ces derniers feront suite et compléteront une visite commentée des œuvres par un conférencier rien que pour vous.

 

Une session sera organisée pour le Club du Saké. Merci de me contacter si vous êtes intéressés (je vous communiquerai les dates et tarifs dès que je les connaitrai).

 

Vous pouvez aussi vous inscrire de manière individuelle à l’un des ateliers ouverts aux particuliers.

 

Ci-dessous le lien vers le site du Grand Palais et la description de l’expo et des ateliers:

 

 

 

HOKUSAI – VISITE ATELIER ADULTES ART ET SAKEOLOGIE -

Galeries nationales / entrée Clemenceau Elixir emblématique du Japon, le saké est un breuvage issu de la fermentation du riz. Ses arômes de fruits frais ou fleuris ont même été commentés par Hokusai dans un ouvrage plein d’humour… Visitez l’exposition éclairez par les commentaires d’un conférencier, puis, guidés par un expert, le fondateur de l’Académie du saké et saké samouraï, Sylvain Huet, dégustez une sélection de crus délicats.
www.nihonshu.fr
 

Durée : 2h30 (1h30 de visite guidée, 1h avec l’intervenant)

Tarif groupe 700€ (droits d’entrée inclus) de 4 à 25 personnes.
Dates : samedi 10 janvier 10h45 et 16h45
Tarif individuel 70€ (droits d’entrée inclus).
Dates : vendredi 9 janvier 19h et samedi 10 janvier 14h30

 

 

Exposition

Hokusai

01 Octobre 2014 – 18 Janvier 2015
Grand Palais, Galeries nationales
Description

Relâche du 21 au 30 novembre 2014
Katsushika Hokusai (1760-1849) est aujourd’hui l’artiste japonais le plus célèbre à travers le monde. Son oeuvre peint, dessiné et gravé incarne la spiritualité et l’âme de son pays, particulièrement ses estampes de paysages, synthèse remarquable entre les principes traditionnels de l’art japonais et les influences occidentales.
Conçue en deux volets, l’exposition présente 500 oeuvres exceptionnelles, dont une grande partie ne quittera plus le Japon à compter de l’ouverture de l’Institut Hokusai, à Tokyo, au printemps 2015.
Exposition organisée par la Réunion des musées nationaux – Grand Palais.

Réservez vos billets groupes.

L’exposition bénéficie du soutien de Natixis, Grand Mécène de l’exposition.

Horaires
01 Octobre 2014 – 18 Janvier 2015

Lundi : 10h – 20h
Mercredi, jeudi, vendredi : 10h – 22h
Samedi : 9h – 22h
Dimanche : 9h – 20h
Fermeture hebdomadaire le mardi

Tarifs

TARIFS :
Plein : 13 €
Réduit : 9 €
Tribu : 35€ (4 personnes dont 2 jeunes 16-25 ans)

Réservez vos billets groupes.

Relâche du 21 au 30 novembre 2014
Katsushika Hokusai (1760-1849) est aujourd’hui l’artiste japonais le plus célèbre à travers le monde. Son oeuvre peint, dessiné et gravé incarne la spiritualité et l’âme de son pays, particulièrement ses estampes de paysages, synthèse remarquable entre les principes traditionnels de l’art japonais et les influences occidentales.
Conçue en deux volets, l’exposition présente 500 oeuvres exceptionnelles, dont une grande partie ne quittera plus le Japon à compter de l’ouverture de l’Institut Hokusai, à Tokyo, au printemps 2015.
Exposition organisée par la Réunion des musées nationaux – Grand Palais.

- See more at: http://www.grandpalais.fr/fr/evenement/hokusai#sthash.rLqC409A.dpuf